Accueil / Blog / Les technologies émergentes dans les batteries de voiture : Ce que l’avenir nous réserve

Publié le : 07 septembre 20235 mins de lecture

Incontournable pour que le véhicule démarre lorsque vous enclenchez le contact, la batterie est un élément clé du circuit électrique. Au même titre que l’alternateur et les bougies du moteur, cet équipement essentiel a subi quelques transformations au fil du temps.

L’avènement de la batterie électrique

L’essor des véhicules sans moteur thermique ou hybrides a ouvert la voie à une production de nouvelles batteries. Celles des voitures à essence ont un rôle d’alimentation des éléments électriques présents à bord, comme les phares entre autres. Avant tout, ces batteries-là servent évidemment à permettre le démarrage du moteur grâce à leur action toute en puissance. En version électrique, les batteries ont une mission de stockage de l’énergie. Celle-ci alimente le moteur qui rend le véhicule mobile. Grâce aux technologies émergentes, les batteries électriques se sont développées. Il en existe plusieurs types mais chaque modèle présente des caractéristiques de légèreté et de longue durée. À l’intérieur de ces batteries se trouvent deux électrodes. Le passage du courant est assuré par une électrolyte, sous forme de matière solide ou fluide. Outre leurs vertus bénéfiques pour la réduction des émissions de CO2, ces modèles ont une capacité d’autonomie de plus en plus importante. Rouler en respectant des critères de sobriété énergétique est aussi possible en adoptant le système « Start & Stop » pour votre batterie voiture, qui ne nécessite pas de faire le choix de l’électrique. Ce procédé permet de couper le moteur automatiquement sitôt que la voiture ralentit, s’arrête ou si elle n’a aucune vitesse enclenchée.

À parcourir aussi : Comment fonctionne réellement la conduite d'une voiture électrique ?

Comment faire recycler une batterie ?

À la différence des modèles à base de cadmium nickel et de nickel métal hydrure, une batterie de voiture électrique au lithium peut être en partie réutilisée après un processus ad hoc. Depuis décembre 2022, l’union européenne encourage la pratique du recyclage des batteries d’automobiles. Les préconisations correspondent à divers pourcentages de métaux recyclés : 16 % pour le cobalt et 6 % en ce qui concerne le nickel et le lithium. À l’horizon 2031, les industriels auront à récupérer au minimum 70 % de la masse totale des batteries électriques. Du point de vue des consommateurs, cette contribution collective est appréciée car elle permet de réduire la quantité de déchets non recyclables issus de l’industrie automobile. Par ailleurs, ces métaux spécifiques constitutifs des batteries tendent à se raréfier. Dans une optique de développement durable, il paraît donc judicieux de privilégier une consommation raisonnable de ces ressources non renouvelables. Cependant, il faut noter qu’une batterie électrique possède une longévité non négligeable qui va de 2000 à 3000 charges. En termes de durée et de réduction des déchets, ce score concernant les véhicules électriques incite à opter pour ce type d’énergie. Il n’est donc pas nécessaire de changer une batterie de voiture de ce style à échéances rapprochées.

L’évolution de la voiture électrique

Pour perdurer, ce moyen de locomotion est en constante évolution. Les technologies actuelles donnent déjà d’excellents résultats mais de nouvelles pistes sont à l’étude. En attendant l’arrivée des supercondensateurs destinés à remplacer les batteries, ces dernières restent une alternative très satisfaisante pour faire rouler une voiture électrique. Elles se rechargent facilement dans un garage individuel sur une simple prise domestique à 220 V. Cette solution fiable n’est pas la plus rapide car il faut 10 à 13 heures de chargement de la batterie. Le système « Wallbox » réduit cette durée d’au moins trois heures. Quant aux stations publiques prévues pour les recharges rapides, elles sont très compétitives avec un délai d’à peine 30 minutes. À l’avenir, les changements porteront sur le poids et la capacité des batteries. En ce qui concerne les constituants de ces éléments, les pistes envisagées sont liées au fer mais aussi au phosphate, dérivé d’une roche sédimentaire. Leur production en série promet d’être moins coûteuse, avec une longévité plus importante à la clé. La batterie recyclable apparaît cependant comme le meilleur compromis durable en attendant l’avènement des modèles du futur. Le succès des véhicules électriques reste indissociable des progrès permanents que réalise ce secteur d’activité. Ces avancées prometteuses sont vite disponibles pour le grand public.